Des documents sauvés des flammes à la mort de Sade le 2 décembre 1814
Une centaine de lots provenant des archives de Sade étaient mis à l'encan par les descendants de l'écrivain du siècle des Lumières. Il s'agissait pour l'essentiel des rares documents sauvés des flammes à la mort de Sade le 2 décembre 1814. Ce qui ne fut pas brûlé fut mis dans un coffre et scellé derrière des étagères de la bibliothèque du château familial de Condé-en-Brie (Aisne). Ce coffre ne fut découvert qu'après la Seconde Guerre mondiale par les descendants du marquis. "Toute leur vie, nos parents se sont battus pour faire connaître Sade, contre les préjugés, contre les mensonges et pour la vérité (...) Ils ont donné mission à leurs cinq enfants de continuer ce combat pour la connaissance", a expliqué Thibault de Sade, à l'origine de cette vente.
Vente de documents et d'objets inédits
Parmi les bonnes surprises de ces enchères, un tableau, attribué à Jean-Marc Nattier et représentant le père du marquis,  Jean Baptiste François de Sade (1701-1767), adjugé à 30 000 euros. Comme son fauteuil, ce tableau accompagna Sade de cachot en cachot.