Fastueux atours

Ce chef-d'oeuvre de l'élégance masculine a été réalisé pour Etienne François, cinquième marquis d'Aligre. Cette famille de la noblesse de robe compte deux chanceliers, Etienne Ier sous Louis XIII, et Etienne II. Nommé par le Roi Soleil, ce magistrat fut promu premier président au Parlement de Paris. Magistrat réputé intègre,il eut la lourde charge de juger l'affaire du collier de la reine ... Particulièrement doué en affaires, il fit fructifier sa fortune, qui lui laissait, selon le Dictionnaire de biographie française de Jean-Charles Roman d'Amat, une rente de quelque 700 000 livres. De quoi dépenser sans compter pour se vêtir à la hauteur de son rang. L'habit de cour fixé dans ses grandes lignes depuis le règne de Louis XIV : une veste, un gilet, et une culotte. Les détails à la mode se nichent dans les formes des cols, dans le nombre de boutons, de manches ornées de dentelles, le mode de fermeture de la culotte, les basques retroussées inspirées du riding coat anglais, qui deviendra la redingote. Mais il se doit d'être brodé jusqu'aux boutons !
Après les ramages du Grand Siècle, les broderies s'inspirent de plus en plus de la nature. Les vestes deviennent presque des répertoires botaniques, tant les fleurs sont fidèlement représentées. Les broderies de roses, roses églentines, épanouies, et en boutons, des coeurs-de-Marie (sur la veste) et quelques fleurettes comme des brins de myosotis ou des tiges de bruyère en fleur soulignent ici les bordures; les revers des poches, les parements de manches, l'écusson de la taille et de toutes les coupes.

Adjugé 21 080 €, le 25 Mars 2016


Somptueux habit de Cour complet du gilet et de la culotte, en soie façonnée bleu et noir.
Broderies au passé et point de tige en fils de soie polychromes à motifs de roses, roses églantines et boutons en semis sur les brodures, les revers de poches, les parements de manches, l'écusson de la taille et toutes les coupes. Applications de tulle de soie crème et de mousseline.
Complet de ses vingt-sept boutons de bois recouverts en soie brodée en pareil.
Raffinement supplémentaire, le gilet est en contre-partie sur le fond de gros de Tours ivoire brodé en pareil. Il est aussi complet de ses douze boutons, à manches longues et fermé par un bouton de bois recouvert.
Culotte à pont à patte de jarretière brodée et dix petits boutons brodés (manquent trois boutons recouverts sur la fermeture de la ceinture).
Doublure de taffetas ivoire.
Costume porté par le cinquième marquis d'Aligre vers 1780/1785, et resté dans la descendance jusqu'à aujourd'hui. Très bel état malgré des petits points décolorés, accidents au tulle par endroits et trous à la culotte dû à la boucle en acier. Muséographie: costume similaire porté par Axel de Fersen (1755-1810), diplomate suédois et ami de la Reine Marie-Antoinette, faisant parti des collections du Nordista Museet à Stockholm, numéro d'inventaire NM00154745