Publié dans la Gazette
Au dos de cette commode est apposée une étiquette «À la descente du Pont-Neuf» ; il s’agit de celle d’Edme Calley, un des plus grands marchands-merciers du début du XVIIIe siècle. Véritable placard publicitaire, elle détaille toutes les marchandises de curiosités et d’ameublement de luxe que l’on pouvait trouver dans cet endroit. Au bas figure la mention «De l’imprimerie de J.B. Lamesle, rue vieille Bouclerie, à la Minerve, 1735». Calley vendit son fonds de commerce et son stock à son neveu par alliance François Darnaud, en octobre 1737. Changeant l’enseigne pour celle plus glorieuse d’Au roy d’Espagne, ce dernier fit imprimer une nouvelle étiquette au texte à peu près aussi long et détaillé. Bernard II Van Risenburgh travaillait surtout pour les marchands-merciers, qui commandait à «Bernard habile artiste» des meubles en laque ou vernis européen, en marqueterie et plaques de porcelaine. Son style est reconnaissable, avec ses formes novatrices – comme les pieds doucement galbés –, soulignées d’ornements de bronze doré d’une grande fantaisie. Cette commode a figuré dans la collection Rodolphe Kann (1845-1905). Originaire de Francfort, celui-ci avait fait fortune en Afrique du Sud et commença à réunir des tableaux, des objets d’art à partir de 1880. Dans sa vente, en 1907, on relevait un important ensemble de mobilier français de première qualité, dont plusieurs meubles de B.V.R.B. Ce modèle de commodes devait être très recherché, car plusieurs exemplaires figurent dans des collections publiques et privées.

Mercredi 28 juin, salle 4 - Drouot-Richelieu.
Tessier & Sarrou et Associés. M. Commenges.