Publié par la Gazette Drouot

UN RAT EN MAJESTÉ

Il n’était pas passé inaperçu, guest-star de l’«Événement» consacré à une collection de netsuke par la Gazette no 32 du 21 septembre dernier. Son statut de vedette n’était pas usurpé puisque, tranquillement occupé à se lécher la patte, ce petit rat grimpait à 75 000 € et recevait la plus haute enchère de l’après-midi. Outre son attitude rendue avec le plus authentique des naturels, il était signé Masanao de Kyoto, un maître du XVIIIe siècle dont les petites productions peuplent aujourd’hui les vitrines des grandes institutions culturelles. Ce sont autour de lui cent huit autres netsuke qui étaient dispersés, pour un produit total de 245 000 €. Ils illustraient à l’envi l’art de cet accessoire porté par tout Japonais qui se respectait. La vache couchée en ivoire, son veau blotti auprès d’elle , exprimait sa tendresse animale à 17 500 €. Il faut relever encore les 13 750 € d’un spécimen en buis avec traces de polychromie, signé Sansho. Il figure un facétieux Shokwaro Sennin debout sur un pied (h. 8,1 cm), hilare, portant une double gourde sur son dos. Celui-ci date de l’ère Meiji (1868-1912), alors que la grande majorité des autres remonte à la riche et longue période d’Edo (1603-1868), à l’image de deux petites œuvres originales : l’une en forme de dent de phacochère, sculptée d’une araignée et ornée d’une branche de pin ainsi que d’un poème, recueillant 6 125 €, et la seconde, d’un crabe sur un rocher, croisant les pinces pour attraper 6 250 €.
Pour un court mois, du 15 septembre au 14 octobre, d’extraordinaires peintures d’Ito Jakuchu étaient accueillies au Petit Palais à Paris, un magnifique cadeau du Japon à la France dans le cadre de Japonismes 2018, célébrant le 160e anniversaire des relations diplomatiques entre les deux pays. Il y était question de fleurs et d’animaux, tous êtres vivants de son royaume coloré. Une magistrale ode à la nature. Cette collection de netsuke, patiemment réunie par un homme passionné au cours des quarante dernières années, en rendant hommage au règne animal, y répondait à sa manière.

 

Japon, époque d’Edo (1603-1868), XVIIIe siècle.
Netsuke en ivoire représentant un rat assis faisant sa toilette et se léchant la patte, signé Masanao (Kyoto), h. 5 cm.
Adjugé : 75 000 €