Publié par la Gazette Drouot

LE CINÉMA SUR LE BOUT DES DOIGTS

Une dizaine d’affiches et œuvres originales réalisées par Albert Dubout pour le cinéma, dont cette maquette, sont dispersées par sa famille.

Naïs, La Femme du boulanger, Angèle, Marius, César, Fanny… figurent en bonne place dans cette vente d’affiches de septième art. Conservées en parfait état, elles témoignent de la passion d’Albert Dubout pour le cinéma.
« Il avait même envisagé d’être acteur avant d’être dessinateur, mais à l’âge de 17 ans il écrira à sa mère qu’il était meilleur dans le dessin », se souvient son petit-fils Didier Dubout dans la préface du catalogue.
L’artiste a publié vingt-sept albums, illustré plus de quatre-vingts ouvrages et créé autant d’affiches de cinéma et de publicité… Né à Marseille, élève au lycée de Nîmes où il fait la connaissance de Jean Paulhan, Albert Dubout se passionne pour la tauromachie, rêvant même d’être torero… Finalement, ce sera l’école des beaux-arts de Montpellier, aux côtés notamment de Germaine Richier.
Installé à Paris en 1924, il croque les personnages dans les grands magasins et les transports. Ce sont ces dessins qui le font connaître et marquent le début d’une collaboration de cinquante ans à une quarantaine de journaux et magazines. De sa rencontre avec Philippe Soupault naîtront des illustrations de livres, dont Les Embarras de Paris de Nicolas Boileau en 1929.
En 1936, il signe la première affiche du César que Marcel Pagnol porte à l’écran. C’est le début d’une longue amitié entre les deux hommes, Albert Dubout réalisant vingt-sept affiches pour les films de l’écrivain aubagnais, qui lui permettent de caricaturer les stars de l’époque, Raimu, Fernandel, Pierre Brasseur, Michel Simon…