Publié par Drouot

LES ARCHIVES INÉDITES D’ALEXANDRE KOLTCHAK, CHEF SUPRÊME DE LA RUSSIE DE 1918 À 1920

Suite au décès du petit-fils d’Alexandre KOLTCHAK (1873- 1920), les archives de l’amiral qui gouverna la Russie de 1918 à 1920, conservées en France par sa famille depuis un siècle, seront dispersées par la maison Tessier & Sarrou, jeudi 21 novembre. Manuscrits, photographies, documents officiels et inédits retracent la vie de l’homme qui fut le dernier gouverneur de la Russie avant la naissance de l’URSS.

Issu de la noblesse russe et descendant d’une lignée de militaires, Alexandre Koltchak commence sa carrière dans la marine comme savant scientifique. En 1900, il participe à l’expédition d’Édouard von Toll dans le cercle polaire. L’Évangile emporté par Koltchak pendant ce voyage sera présenté dans cette vente.

Rapidement, le ministère de la Guerre et de l’Amirauté lui confie d’importantes responsabilités dans la modernisation de la marine russe. En 1914, à 42 ans, il devient le plus jeune viceamiral de l’histoire de la marine impériale et prend les commandes de la flotte de la mer Noire.

Dès les premières perturbations de la Révolution, il tente de maintenir l’ordre dans les armées et se déplace plusieurs fois à Petrograd sur appel du gouvernement – plusieurs télégrammes gouvernementaux font partie de l’ensemble.

Le 4 novembre 1918, Koltchak devient ministre de la Guerre et de la Marine du Gouvernent d’Omsk, le gouvernement antibolchévique au pouvoir après la chute de la monarchie tsariste en 1917. Le 18 novembre de la même année, il renverse le pouvoir en place et se proclame commandant suprême de la Russie. Il reçoit alors les délégations étrangères et est reconnu à l’échelle internationale comme le chef légitime de l’État russe.

Inconnu des historiens, conservé dans la famille depuis sa rédaction, le manuscrit autographe de la Proclamation du Gouvernement d’Omsk sera présenté dans cette vente : un extraordinaire témoignage des ambitions de cet homme pour sa nation. Il imagine une Russie unifiée, rangée dans le cercle des démocraties du monde, dont la gouvernance s’oppose au système bolchévique qui « rejette tous les principes du devoir moral et patriotique ». Il déclare « provisoire » le Gouvernement d’Omsk qui « durera jusqu’à ce que le peuple russe, libéré du bolchevisme, choisisse la forme du gouvernement qui lui convient ». Il aborde dans ce texte la question agraire qui « devra être résolue en accord avec le peuple », ainsi que des questions sociales et économiques.
 


Déclaration du Gouvernement d’Omsk du 23 février 1919
« [...] Le Gouvernement russe avec son Chef suprême, l’amiral Koltchak, ont décidé la Russie réunifiée et ressuscitée dans le cercle des démocraties du monde. Aussi, le Gouvernement travaille depuis les huit derniers mois à rassembler les meilleurs éléments d’une nation riche et puissante épuisée par les innombrables divisions qui la détruisent. Pour ces raisons, le Gouvernement refuse les accords des Brest-Litovsk et se range aux côtés des alliés [...]».

Discours de l’amiral Koltchak, chef suprême des forces armées russes, février 1919 à Ekatérinbourg 
« [...] Le temps où le gouvernement pouvait diriger sans tenir compte de l’opinion publique est révolu. La nouvelle Russie sera fondée sur l’union du Gouvernement et du peuple. Tout bolchévisme de droite comme de gauche est contraire aux principes inspirés par le devoir patriotique. [...] »

Décision du Gouvernement d’Omsk, 15 mars, 1918 
« 1. Le pouvoir militaire créé à Omsk a un caractère provisoire et durera jusqu'à ce que le peuple russe, libéré du bolchévisme, choisisse la forme du gouvernement qui lui convient.
2. Un retour à l'ancien régime ne saurait être envisagé
3. La question agraire devra être résolue en accord avec le peuple et correspondre aux nécessités de l'économie et du progrès social.
4. L’administration doit être organisée selon les principes de la décentralisation et l’administration des provinces doit recevoir les pouvoirs conséquents.
5. Les différents peuples qui entrent dans la composition de la nouvelle Russie doivent recevoir le droit d’élire librement leur forme de gouvernement ; savoir, une forme autonome ou fédérative.
6. La Russie doit être à l’écoute des exigences d’autonomie de la Finlande, dont elle garantit l’autonomie à la condition de respecter les intérêts économiques et stratégiques de la Russie.
7. La politique étrangère de la Russie doit être fondée sur un désir de paix, étranger à toute tendance agressive.
8. Les intérêts nationaux de la Russie doivent être accomplis en respect avec les principes établis par la Conférence de Paix. »

Discours de l’amiral Koltchak, 10 avril 1918 
« [...] Le premier et principal devoir du Gouvernement est la lutte contre le bolchévisme jusqu’à son anéantissement total. C’est pourquoi, le gouvernement est dans l’obligation d’organiser les forces armées nécessaires à cette lutte. Comme le soutien de l’armée dépend de l’organisation intérieure, le Gouvernement se doit de résoudre les questions de politique intérieure. [...] »

Estimation : 30 000 / 40 000 €



Le 15 novembre 1919, après de violents affrontements, l’armée Rouge entre à Omsk. Koltchak démissionne le 4 janvier 1920. Il est livré par les Tchèques – une délégation tchèque représentant les forces alliées soutenait d’abord le régime de Koltchak avant de se retourner contre lui et de prendre le contrôle du Transsibérien – aux autorités révolutionnaires d’Irkoutsk et fusillé le 7 février 1920. Une lettre poignante, envoyée à son épouse par un témoin, décrit cette exécution et indique qu’aucun soldat du peloton n’accepta de tirer sur Alexandre Koltchak et qu’il fallut trouver un individu condamné à être fusillé quelques jours plus pour tirer.

Peu avant cette fin tragique, Alexandre Koltchak envoie ses archives à son épouse installée en France dès 1918 avec leurs trois enfants. Cet ensemble comprend la correspondance des époux Koltchak à partir de 1914, ainsi que les Mémoires de Sophie Koltchak rédigés après s’être installée en France. Ces documents intimes, retraçant avec précisions les événements militaires et politiques vécus par l’amiral, revêtent une dimension historique majeure.

Enfin, la bibliothèque de trois générations – Alexandre Koltchak, son fils et son petit-fils – sera également dispersée. Celle-ci réunit un ensemble important d’ouvrages historiques sur la Russie.


Vente aux enchères publique - Drouot - Salle 12
Jeudi 21 novembre - 13h30

Exposition publique - Drouot - Salle 12
Mercredi 20 novembre - 11h / 21h
Jeudi 21 novembre - 11h / 12h