• French
  • United-Kingdom
  • United-Kingdom
Lot 44
12 000 - 15 000 €
Laisser un ordre d'achat
Votre montant
 €
Enchérir par téléphone
Enchérir par téléphone

MOLIERE

Portrait en costume d'intérieur, attribué à Pierre MIGNARD (1612-1695)
Huile sur toile ovale, rentoilée, 60 x 52 cm.
Le sujet de ce tableau, retrouvé par Jean Meyer dans une galerie du Palais-Royal en 1957 (époque où il dirigeait pratiquement la Société des Comédiens Français) est particulièrement connu par le nombre de gravures et même de copies auxquelles il a donné lieu pendant trois siècles.
La toute première gravure inspirée de ce portrait fut due au burin de Benoit Audran. Né à Lyon en 1663 et mort à Louzouer près de Sens en 1721, il appartenait à une grande famille de graveurs lyonnais et son oncle Gérard (1640-1703), particulièrement renommé à la Cour de Louis XIV, l'aida à se faire une place avantageuse à son tour.
C'est en 1705 que parut son Molière et ce tut précisément pour servir de frontispice à la Vie de Molière publiée par Grimarest chez Jacques Le Febvre. En 1710, il fut repris, cette fois pour l'édition des Oeuvres en dix volumes chez Michel David. Dans son étude sur les Portraits gravés de Molière (" Mémoires de l'Académie de Toulouse ", IX, 1897, p. 157), M. Lapierre décrit ainsi cette oeuvre, qu'il va nommer " le type Audran " pour la distinguer des autres: "Le portrait gravé par Audran compte parmi les premiers et les plus importants dans l'iconographie moliéresque: ovale, in-8, sur cuivre, dans un cadre d'architecture, le personnage, tourné vers la droite, regarde à gauche. Sur le socle, on lit.'Jean-Baptiste Poquelin de Molière. D'un côté: P. Mignard, virait; de Vautre: B.Audran, sculpsit. (...) Molière est en robe de chambre, laissant voir une chemise ouverte au cou; les yeux sont grands et vifs; les traits accusés sans exagération; la perruque est grande et divisée sur le front; la moustache finement indignée. L'ensemble constitue un très beau portrait, dont les graveurs français et étrangers s'empareront pour le reproduire, l'imiter et,, souvent, le dénaturer. "
Pour le graveur, l'attribution du tableau à Pierre MIGNARD ne faisait aucun doute.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue