• French
  • United-Kingdom
  • United-Kingdom

CHINE - XVIIIe siècle

Lot 142
60 000 - 80 000 €
Résultats avec frais
Résultat: 412 500 €

CHINE - XVIIIe siècle

* Paravent à trois feuilles en laque et incrustations de néphrite, jichimu, ivoire et ivoire teinté à décor de huit luohan méditant et devisant dans les montagnes, entourés de roches, de pins et de cascades dans un paysage de hauts pics perçant les brumes. Au dessus des montagnes, un poème de Qianlong en incrustations de néphrite, avec la marque "yu zhi zan". L'entourage en zitan à décor en incrustation de fils d'argent d'une frise de grecques et de svastika et caractères "shou", l'extérieur en laque noire à décor en laque rouge et or de rinceaux stylisés et chauve-souris entrelacées. (Eclats, manques, restaurations, incrustations rapportées.)
Dim. des feuilles extérieures: 151,8 x 46 cm.
Dim. de la feuille intérieure: 151,8 x 77,4 cm.
Les luohan ou arhat sont des disciples du Bouddha, des personnages avancés sur le chemin de la foi bouddhique, qui ont compris la doctrine bouddhiste, atteint l'éveil et sont ainsi assurés d'atteindre le nirvana à leur mort. Dans la tradition du bouddhisme Mahayana, seize d'entre eux (huit sont ici représentés) sont particulièrement vénérés depuis le Xe siècle, et de nombreuses légendes ont émergé quant à ces personnages, leur prêtant parfois des pouvoirs magiques. Ils sont figurés méditant dans la montagne de l'Ouest, le lieu sacré par excellence, un lieu de prière et de pureté, où les luohan pratiquent l'ascétisme. Chacun d'entre eux est assis parmi les rochers, dans de hauts monts brumeux, près de cascades ou dans des grottes, décontractés et portant des robes monastiques.
Le poème qui surmonte la scène fut écrit par l'empereur Qianlong (1711-1799), afin de rendre hommage aux anciens qui méditent et personnifient la sagesse du grand âge. En 1757, Qianlong effectue son deuxième voyage dans le sud de l'Empire. Il s'arrête à Hangzhou et visite le temple Sheng'en, dans lequel il découvre une des plus anciennes peintures représentant les seize luohan ensemble, réalisée par Guan Xiu (832-912). L'empereur est vivement ému par cette peinture, et va nourrir un vif intérêt pour les luohan et leur iconographie. Les noms de luohan étaient jusqu'alors issus de transcriptions effectuées à l'époque Tang à partir du sanskrit. Qianlong décide de remanier ces transcriptions, et rebaptise chacun des luohan. Ainsi, le luohan jusqu'alors appelé vajra putra prend le nom de ga na ga ba la (appelé plus communé­ment xiao shi luohan, ou luohan au petit lion.) Avec l'aide de Changkya Rölpe Dorjé (1717 - 1786), lama dirigeant du clergé bouddhiste tibétain à la cour des Qing, Qianlong établit également un nouvel ordre afin que chaque luohan ait une place définie au sein de l'iconographie. Le sujet des seize luohan ne cessera d'inspirer Qianlong, qui écrira plusieurs séries de poèmes sur les vénérables ermites, fera réaliser des paravents, des sculptures ainsi que des albums gravés en jade, ornés de poèmes de sa main.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue